samedi 10 août 2013

Ce mal si puissant qu'est la haine de son semblable


Une identité subie

Je suis belge, d'origine rwandaise, africaine et surtout noire. Cette couleur est la première chose que vous allez de remarquer chez moi. En me regardant, la seule certitude qu'on peut avoir, c'est que je suis noire. J'apprécie cette couleur. Mais je n'en suis pas fière. Je suis telle que je suis, je n'ai rien fait pour naître ainsi mais j'ai appris à aimer et à embrasser ma situation.

Une culture partagée

J'ai des amis de toutes les couleurs mais pour être honnête, je m'entends particulièrement bien avec ceux qui partagent mon identité négroïde. Je n'ai aucun problème avec les autres ethnies mais lorsqu'on partage la même culture, on se comprend mieux. Dans mon cas, cette culture est plutôt versatile. Elle est en fait un melting pot de plusieurs éléments qui ont construit la personne que je suis aujourd'hui.
Alors quand je tombe sur des gens qui me ressemblent à bien des niveaux, il est normal que le courant passe tout de suite.

Une rivalité amère
Malheureusement, dans la diaspora africaine, il y a pas mal de choses qui viennent court-circuité la bonne entente qui devrait planer. Combien de fois j'ai entendu certains croire que une ethnie était supérieure à l'autre. Qu'on le dise sérieusement ou pas, ce genre de pensée entraîne des atrocités comme au celles qu'a connu le Rwanda en 94. Pourquoi j'entends des gens dire que dans tel pays, les femmes sont plus belles? Ou que dans tel pays, les gens sont bêtes? Les causes de cette mésentente peuvent être diverses : des rivalités, des guerres qui se passent loin mais qui se répercutent ici... Pas mal de chose qui en réalité n'ont pas lieu d'être mais qui se taillent quand même la part belle.C'est ainsi que l'on se retrouve avec des idées reçues, des mythes, du nationalisme exacerbé. Toutes des choses qui n'ont aucun sens à partir du moment où l'on comprend que les frontières africaines sont très relatives. Je ne vais pas refaire un cours d'histoire mais je veux juste ouvrir les yeux à ces gens qui se pensent supérieur. Ou qui ont tendance à médire sur leurs frères. Les terres africaines ont souvent subi l'adage du "diviser pour mieux régner". Alors qu'on sait tous que l'union fait la force. Bien que l'on ne puisse pas changer le passé, on peut construire le futur en respectant le bel héritage reçu de nos ancêtres.