mercredi 22 juillet 2015

5 idées reçues sur l'Afrique

1)     Les Africains se ressemblent tous

Khosian girl : South Africa
« L’Afrique compte près de 2 000 ethnies différentes et regroupe un tiers des langues du monde. Et cette diversité s’observe également dans les gènes : nulle part ailleurs on ne trouve autant de variété dans le génome humain.
 La science l’a prouvée et continue à faire des recherches sur l’ADN des Africains mais il semble que cette diversité génétique se trouve autant entre les ethnies qu’au sein même des ethnies. » Courrier Ineternational
Afro-américain d'origine Nigérianne
Il ne faut pas oublier qu’en tant qu’habitant de cette planète, nous subissons tous le syndrome du « Cross Race Effect ». C’est l’impression que l'on a quand on observe une population que l'on a pas l'habitude de côtoyer. On pense en fait que tout le monde se ressemble. Si l’on est dans un environnement entouré de caucasiens, on n’aura pas de difficulté à les distinguer et à se rendre compte des différences de chacun. Et ce sera le contraire, si on se retrouve en Asie par exemple. On aura l’impression qu’ils se ressemblent tous car on doit se baser sur des critères totalement différents (autre que couleur des yeux ou cheveux) pour reconnaître les gens.
En Afrique, la morphologie des gens est différente en fonction de plusieurs éléments. Il y a toutes sortes de nuances de teintes de peau. Du brun le plus clair au noir le plus foncé. Certains sont grands, petits, musclés, gros, très minces…. Les traits du visage peuvent être très épais ou au contraire très fins. (Et cela même dans une même ethnie)
Mais quand on n'a pas un regard entraîné, ça peut être difficile de s'en rendre compte. Il faut vraiment avoir conscience de ce phénomène et éviter de faire des réflexions qui n’ont pas de sens.




 2) On parle africain en Afrique
Il y plus de 2000 langues pour 1 milliard de personnes en Afrique. Alors qu’il n’y en a que 24 dans toute l’Union européenne pour environ 500 million d’habitants.  A noter tout de même qu’en général, les Africains sont de très bons polyglottes. Au Rwanda par exemple, vous pouvez facilement croiser des gens qui parlent et comprennent le Français, l’Anglais, le Kinyarwanda et le Swahili.

                           3) L’Afrique n’est pas encore entrée dans l’histoire
C’est Monsieur Sarkozy qui s’est permis de dire ça. C’est assez désolant car j’ai déjà entendu ce type de réflexion de la part d’un de mes professeurs en secondaire. C’était un prof de latin et je me souviens très bien qu’il affirmait que l’Afrique était encore dans la préhistoire car les populations ne connaissaient pas l’écriture.  Dans le monde occidental, c’est l’invention de l’écriture qui fait que l’on passe de la Préhistoire à l’histoire. En général, on prend comme événement marquant son invention en Mésopotomie ou en Egypte vers -3500. Ce qui est assez étrange car ce sont des régions du monde qui hors Europe mais qui sont quand même pris comme référence pour l’Occident.
De plus, c’est une posture idéologique de prendre comme repère l’écriture pour se repérer dans le temps. Certes, de grandes civilisations se sont distingués grâce aux traces des écrits qu’ils ont laissés mais utiliser ce seul paramètre pour dire qu’on est entré dans l’histoire est (je trouve) assez exagéré. Après tout, certaines cultures orales perdurent encore très bien. L’écriture est un outil, un média mais la conscience et la mémoire populaire a de tout temps permis de se remémorer son histoire.
 Mais quand bien même, on prendrait ce seul paramètre, il est à noter qu’en Ethiopie, on a retrouvé les premiers écrits en Guèze vers le III ou IVéme siècle après Jésus-Christ.
Livre en Guèze d'Ethiopie

Au-delà de ça, bien sûr les hiéroglyphes des Egyptiens. Il y a aussi les manuscrits des Pharaons du Royaume de Koush (Nord du Soudan actuel) qui avaient à l'instar des Egyptiens, leurs propres Pharaons. Trois pays qui sont en Afrique mais qui ne semblent pas compter dans la tête de beaucoup d'intellectuels. Ces personnes désinforment complètement sur les nuances et les complexités de l’histoire du continent .
Le problème est que l'histoire de l’Afrique est tellement méconnue qu’elle apparaît comme inexistante.

4)Il n’y a que des paysages désertiques en Afrique
On représente toujours l’Afrique avec une image de la Savane sous un beau coucher de soleil. Mais c'est un continent énorme. Il y a le Sahara bien sûr mais aussi les volcans du Congo, la montagne Kilimandjaro en Tanzanie, les plages de Madagascar... Il y a autant de paysages que de pays en Afrique.  
Ouganda


Mozambique 
5)L’Afrique n’est pas moderne

Ah non ? En réalité, l’Afrique est un continent plein de contraste. Si il y a une bonne partie des habitants qui vivent dans la pauvreté, certaines personnes sont extrêmement riches. Mais ils profitent autant que nous des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ce que j’ai trouvé amusant en allant en Rwanda cet été, c’est que les gens font tout avec leurs téléphones. Ils envoient de l’argent au village et utilisent les réseaux sociaux. Les plus pauvres sont directement passés à l’ère du mobile car ils n’ont pas les moyens de s’acheter un ordinateur portable.
Oubliez les huttes … Ce type d’habitation ne représente plus qu’une minorité et la plupart des pays se développent à une vitesse grand V. Si vous atterrissez un jour à Nairobi ou à Abidjan, vous risquez surtout d'être accueilli par des grattes-ciels : 
Nairobi


jeudi 16 juillet 2015

Mes livres préférés du premier semestre de 2015- PART II



Voilà la seconde partie des livres qui m'ont marquée en ce début d'année de 2015. J'essaierai de faire une vidéo très prochainement pour vous donner plus de détails sur chacun de ces livres.



Tears of the Desert -Halima Bashir

C'est un livre vers lequel je ne me serai pas forcément tournée si il ne m'avait pas été offert. Et je remercie encore une fois la personne qui me l'a donné. <3 C'est l'autobiographie d'une jeune femme qui va connaitre les horreurs de la guerre. Le livre commence avec des doux souvenirs d'enfance et s'assombrit au fur et à mesure qu'Halima grandit. C'est l'histoire d'une Soudanaise noire et très intelligente. Elle vient d'une famille traditionnelle qui habite dans un petit village du Darfur. Elle adore son papa et son père le lui rend bien. Il a une admiration pour sa fille et l'a surnomme Rathebe (qui était une chanteuse sud-Africaine qui se battait pour les droits des noirs.) Son papa est persuadé que l'avenir de sa fille s'annonce brillant mais c'était sans compter sur les menaces de guerre qui planent au-dessus d'eux.
Au début, j'avais beaucoup d’appréhension face à ce livre. J'avais peur que l'histoire soit trop déprimante. Finalement, ça n'a pas été le cas. C'était une histoire réaliste mais pas triste. J'avais l'impression d'être cette petite fille qui mange des mangues, se fait gronder par sa grand-mère et va chercher de l'eau sous un soleil de plomb. Beaucoup de scènes sont très amusantes et j'ai beaucoup rigolé. C'est aussi un très bon livre si on souhaite comprendre le conflit au Darfour loin des statistiques et des reportages sanglants.
Pour mieux comprendre l'ambiance du livre : 
Quand Halima va à l'école primaire, elle se retrouve dans une grande ville et croise un couple de blancs. Bien que le Soudan est un pays aux ethnies diversifiées (notamment noirs, arabes et métisses), elle n'a jamais vu de blancs. Elle les observe et voit qu'ils portent tous les deux des chapeaux et qu'ils ont la couleur du beurre. Sur ce constat, elle se demande si comme le beurre, ils peuvent fondre au soleil. Épique !

No et moi - Delphine de Vigan

C'est un livre sur deux jeunes filles que tout oppose mais qui vont devenir amis. Lou, 13 ans est surdouée et introvertie. No, 18 ans se retrouve à la rue car elle a atteind la majorité et n'est plus prise en charge par le foyer pour mineurs.  Elles vont se rencontrer alors que Lou doit faire un exposé sur la situation des jeunes femmes SDF. Cette rencontre avec No va faire sortir Lou de son insouciance et elle va grandir un peu trop vite. Je n'ai pas envie de vous en dire plus. C'est un livre très court qui se découvre et se dévore très vite. Delphine de Vigan connait la tristesse, la solitude et les difficultés. On ressent dans sa plume que c'est quelqu'un qui a vécu énormément de moments sombres. J'ai pleuré maintes et maintes fois mais j'ai trouvé ce livre exceptionnel.
Une citation : 
"Dans la vie il y a un truc qui est gênant, un truc contre lequel on ne peut rien: il est impossible d'arrêter de penser. Quand j'étais petite je m'entraînais tous les soirs, allongée dans mon lit, j'essayais de faire le vide absolu, je chassais les idées les unes après les autres, avant même qu'elles deviennent des mots, je les exterminais à la racine, les annulais à la source, mais toujours je me heurtais au même problème: penser à arrêter de penser, c'est encore penser. Et contre ça on ne peut rien."





Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d'Eric-Emmanuel Schmitt

C'est marrant qu'un petit livre de 78 pages puisse vous faire tout cet effet. Il n'a l'air de rien comme ça, mais c'est un chef-d'oeuvre tout en simplicité.  Je n'ai pas envie de le résumer parce que je pense que dire quelque chose serait déjà en dire trop (vu la taille du bouquin). Il faut juste savoir que c'est un livre qui veut aller au-delà des préjugés. Comme toujours avec Eric-Emmanuel Schmitt, il y a quelque chose de spirituel dans ses écrits. Comme dans une parabole, c'est à nous de décortiquer le sens qu'il peut y avoir dans toutes les petites conversations.
Un dialogue entre les deux personnages principaux: 
"— Monsieur Ibrahim, est-ce que vous trouvez que je suis beau ?
— Tu es très beau, Momo.
(....)
— Pourtant… pour le moment… le marché est calme…
— Évidemment, Momo, tu as vu comme tu t’y prends ? Tu les fixes en ayant l’air de dire : « Vous avez vu comme je suis beau. » Alors, forcément, elles rigolent.
Il faut que tu les regardes en ayant l’air de dire : « Je n’ai jamais vu plus belle que vous. » (...) Pour un homme normal, ta beauté, c'est celle que tu trouves à la femme. "




mercredi 15 juillet 2015

Mes livres préférés du premier semestre de 2015- PART I

 Dans la lignée de mon article sur comment se remettre à la lecture, je vous propose une sélection des 5 livres qui m'ont marquée ce premier semestre de 2015. Ce sont des livres auxquels je suis très attachée. C'est un assortiment assez varié avec des biographies, du contemporain et de la jeunesse. Je pense que l'été est la bonne période pour se remettre à la lecture, alors je vous encourage vraiment à piocher dans un de ces livres.

Oona & Salinger de Frédéric Beigbeder
J'ai découvert ce livre en regardant "On n'est pas couché". Monsieur Beigbeder est assez connu grâce à son magazine "Lou" mais aussi et surtout grâce à son livre à succès l'amour dure trois ans (adapté au cinéma par lui-même). Ici, c'est une sorte de biographie de J.D Salinger mais aussi d'Oona O'neill. Oona est  la fille du célèbre écrivain Eugène O'neill. C'est une sorte de IT girl du New-York des années 30. Il est difficile de classer ce livre dans le genre "biographie" parce qu'il y a des éléments véritables et d'autres inventés par l'auteur. C'est à la fois une fiction, une romance et une biographie. Il y a aussi certains faits historiques très intéressant sur la seconde guerre mondiale et la "Chasse aux Sorcières" des USA. Après la rupture des deux protagonistes, Salinger va être éclipsée par l'histoire d'amour d'Oona et de Charlie Chaplin (qui a le double de son âge). C'est l'autre grand thème de ce livre : les relations avec un grand écart au niveau de l'âge. Beigbeder se compare sans cesse à Chaplin et Oona parce qu’il vit luit même ce type de relation.  Certains reprochent à Beigbeder de toujours s'immiscer dans les histoires qu'ils racontent mais ça fait parti de ce que j'ai aimé. On voit qu'écrire est plus qu'une passion pour lui mais une sorte de thérapie. C'est un livre à double et même à triple voix par moment. Et chacun des personnages donnent vie à une histoire extraordinaire. L'écrivain a un don pour dire les choses d'une façon simple mais tellement vrai. 
Quelques citations : 

"Le coup de foudre existe, il a lieu tous les jours, à chaque arrêt d'autobus, entre des personnes qui n'osent pas se parler. Les êtres qui s'aiment le plus sont ceux qui ne s'aimeront jamais."
"Ta tristesse... elle sort quand même, elle trouve toujours la sortie. C'est ce qui fait ton charme : tu souris tout le temps, mais tes yeux appellent au secours."

Les désorientés - Amin Maalouf
Ce livre est également une biographie mais dans un tout autre genre. Amin Maalouf est connu pour ses essais qui parlent beaucoup de politique. Cette fois-ci, il nous surprend dans une histoire qui nous laisse entrevoir sa propre vie. C'est l'histoire d'un groupe d'amis vivant dans un pays arabe.  Ils se sont connus à l'université et ils partagent de grandes idées et de beaux idéaux. Le groupe se disloquent lors de la guerre au Liban*. Ils vivent tous des réalités différentes dans des pays différents. Quelques uns sont restés au pays et d'autres ont fui très loin. Ils décident de se retrouver lors de la mort d'un d'entre. De son propre aveu, c'est un livre auto-biographique avec certains éléments de fiction. En même temps, il y parle beaucoup de politique, d'histoire et de sociologie sans que ça en devienne étouffant. L'écrivain mélange certaines caractéristiques du roman à ses raisonnements intellectuelles et c'est un excellent moyen de fluidifier la lecture. Et d'ainsi, joindre l'utile à l'agréable car on apprend énormément sur le Moyen-Orient tout en se divertissant. C'est un livre assez long mais je n'ai eu aucun mal à le finir très vite. Bien que ce soit un auteur reconnu et primé à l'Académie française, je le trouve très accessible. Tout le monde pourra se régaler en lisant les "désorientés" mais ceux qui ont connu le déchirement que peut être la rupture avec son pays d'origine pourront s'identifier à Amin. 
Une petite citation  : 

 "Le pays où tu peux vivre la tête haute, tu lui donnes tout, tu lui sacrifies tout, même ta propre vie; celui où tu dois vivre le tête basse, tu ne lui donnes rien. Qu'il s'agisse de ton pays d'accueil ou de ton pays d'origine. La magnanimité appelle la magnanimité, l'indifférence appelle l'indifférence, et le mépris appelle le mépris. Telle est la charte des êtres libres et, pour ma part, je n'en reconnais aucune autre."


* A noter, que M. Maalouf ne nomme jamais le pays dans lequel se déroule l'histoire. 

mardi 14 juillet 2015

Les boutons d'acné, une chance?

Je sais que mon titre peut paraître racoleur. Mais au fond, c'est bien de ça qu'il s'agit.

Une enfant précoce


J'ai été pubère relativement tôt. Je me rappelle que le regard des garçons, les histoires des plus grands, les séries télé pour ado m'ont très vite donné envie de devenir grande. Alors vers 10-11 ans, j'ai commencé à voir mon corps se transformer en même temps que mon enfance se dissiper. A cette époque (il y a donc plus de dix ans), c'étaient les débuts des réseaux sociaux. Je passais déjà pas mal de temps sur la blogosphère aka Skyrock (BIG UP à ceux qui ont connu l'ancêtre de FB!) Et le reste du temps, je chattais sur MSN avec des garçons mignons de mon entourage. Ma beauté angélique de petite pré-ado m'avait permis de briser des cœurs mais aussi d'avoir des préoccupations qui 'n'étaient définitivement pas de mon âge.


Acné et gros cratères

En quelques années, ma jolie peau de bébé s'est transformée en champ de bataille faisant fuir tous mes prétendants. Cette situation m'a fait du mal. J'ai eu des problèmes de confiance en moi mais ça m'a aussi permis de travailler sur d'autres facettes de ma personne.

Introversion et introspection
Je ne pouvais plus compter sur mon physique pour plaire aux gens. Je suis devenue un peu plus introvertie parce que je n'osais pas toujours affronter le regard des autres. Avec le temps, je me suis découverte des passions qui sont toujours d'actualité aujourd'hui. J'ai commencé à lire des livres, à travailler sur des logiciels de retouche photos, je me suis mise à faire de la musique, à apprendre un peu d'histoire et de politique, à m'intéresser à la spiritualité... Bref, j'ai appris toutes ces choses qui font aujourd'hui entièrement partie de ma personne. Je suis heureuse d'être passée par là et de m'être rendre compte qu'on est tellement plus que notre jolie sourire. J'ai honnêtement l'impression que passer par là m'a permis de changer mon regard sur moi-même et sur les autres.
J'ai compris que le physique n'était que peu de chose par rapport à tout ce qui nous entoure. Je suis devenue moins superficiel et ça m'a fait vachement de bien.



lundi 13 juillet 2015

10 conseils pour se (re)mettre à la lecture

J'ai toujours aimé lire sans pour autant que ce soit une priorité dans ma vie. Ca va bientôt faire un an que je me suis remise sérieusement à la lecture et que je prends un grand plaisir à découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. A présent, j'essaie de lire au moins deux livres par mois en moyenne. Ce n'est pas énorme mais je reviens de très loin. J'avais envie de donner quelques conseils à celles et ceux qui ont un peu perdu le goût pour la lecture mais souhaiteraient le retrouver.

1) Aller faire du shopping livresque
C'est un peu comme tout le reste, il faut se donner envie de lire. Que ce soit dans les librairies, les bibliothèques, les brocantes, les magasins de livres de seconde-main. Il faut retoucher les livres pour avoir envie de les dévorer. L'appétit vient en mangeant. Alors allez-y, sentez, touchez et lisez les quatrièmes de couverture. Peut-être allez-vous trouver votre bonheur au hasard d'une promenade entre les étales.

2) Coupez la musique
J'ai remarqué que beaucoup de gens écoutaient de la musique dans les transports en commun, les parcs et les lieux publics en général. Prenez le temps de faire plaisir à votre imaginaire et pas juste à vos oreilles. Je sais que certains peuvent faire les deux sans problème mais pour ceux qui commencent avec la lecture, il est possible qu'ils aient un peu de mal au début avec leur capacité de concentration. Alors rangez votre lecteur de musique et ouvrez vos livres.
Photo Pinterest

3) Évitez toute distraction pendant quelques minutes voire quelques heures
L'une des principales raisons qui font que certaines personnes lisent de moins en moins, c'est l'énorme quantité de divertissement. (Que ce soit avec la télé, l'ordinateur et même les smartphones. )
Il est vraiment important de se donner du temps où l'on ne voit rien et on n'écoute rien. Prenez chaque jour, à un moment donné de la journée au moins 30 minutes où vous lisez. Éteignez tous vos écrans et laissez une chance aux simples feuilles de papier.

4) Abonnez vous à des blogs ou des chaines Youtube littéraires
Bien que les réseaux sociaux aient été l'une des principales raisons qui ont fait que je délaisse les livres, c'est paradoxalement eux aussi qui m'ont permis de retourner vers la lecture. Ça peut vraiment vous aider à découvrir des livres et vous permettre de comprendre mieux le monde de l'édition. Il y en a vraiment pour tous les goûts (bien que la plupart des chaines/blogs sont axés jeunesse)
Mes chaines préférées anglophones et francophones :

5)Informez-vous

  •  Demandez conseil à votre libraire, bibliothécaire...

Il y a des personnes dont c'est le métier de conseiller et ils le font souvent très bien.

  •  Informez-vous via les médias pour connaître les nouveautés et les rentrées littéraires. 

J'aime bien regarder la rubrique littérature dans "On n'est pas couché" pour avoir des avis. Ce que j'aime c'est que les écrivains sont francophones et les genres sont très diversifiés.

6) Créez une wishlist et une PAL

Comme on dit dans le jargon de Booktube *, il faut avoir la liste de livre que l'on souhaite acheter
 et une pile à lire. C'est bien de le faire quand on connait ses goûts et quand on a une idée plus précise du type de livres que l'on souhaite lire. Ça permet de toujours avoir des livres en réserve et ça peut vraiment vous motiver à lire.

7) Rangez votre bibliothèque
Un exemple de rangement de livre couleur arc-en-ciel

Qu'elle soit très grande ou très petite, ça va vous permettre d'avoir une idée de vos "accomplissements "en matière de lecture. Lire peut parfois être une activité assez abstraite et avoir un objet tangible qui vous rappellent toutes ces histoires va vous faire plaisir.

8) Tournez-vous vers des valeurs sûres
Si c'est la première fois que vous vous mettez à la lecture, ne prenez pas de risque. Rangez les classiques et les livres compliqués, et tournez vous vers quelque chose qui vous plaît. Vous aimez les policiers ou les romances à la télé? Cherchez les livres qui correspond au genre que vous affectionnez. La plupart des séries télés que l'on adore sont des adaptations de livres, alors commencez peut-être par là.

9) Changez de format..
Si vraiment, le livre papier ce n'est pas votre truc, essayez les livres numériques ou les livres audio. C'est une toute autre expérience de lecture qui pourrait mieux satisfaire vos besoins et s'adapter à votre mode de vie.

10) Lisez, lisez des......... citations
N’hésitez pas à regarder les citations et les quotes qui fleurissent partout sur les réseaux sociaux. Ça peut vous aider à découvrir un auteur ou un genre. C'est aussi ça, la valeur ajoutée des réseaux sociaux sur l'expérience liée à la lecture


*Jargon du web qui associe Books et Youtube pour nommer l'ensemble des chaines littéraires sur Youtube