lundi 29 juin 2015

Sur les traces de mes origines - Voyage au pays des 1000 collines PART IV

Le Rwanda, au-delà de son histoire tragique...
Quand je dis que je suis d'origine Rwandaise, les gens me regardent parfois avec un air triste comme si je venais de leur annoncer une mauvaise nouvelle. On n'est pas le seul peuple à avoir connu un tel génocide mais notre pays n'est malheureusement connu que pour ça. C'est un tout petit pays au coeur de l'Afrique. Il ne paie pas de mine sur une carte postale mais les Rwandais aiment leurs pays.
Alors, non, être rwandais n'est pas une tare ou une plaie, et on a bien des raisons d'être fière.


La flexibilité, l'ouverture, la gentillesse...
Les gens sont vraiment flexibles. Il y a pas mal de chose que l'on peut faire en Afrique qui serait inimaginable ici. Par exemple, pouvoir prendre son petit-déjeuner à l'hôtel à 11 heures sans avoir prévenu le personnel. Ou bien devenir amis avec les femmes de ménage et prendre des cours de kinyarwanda grâce à elles. On peut même arriver chez quelqu'un à l'improviste à 15 heures et se voir proposer un lunch composé (bien sûr) de bananes vertes.
Bref, que de belles aventures ! Beaucoup de personnes ont permi à ce voyage d'être si beau et je les en remercie du plus profond de mon coeur.
Une gentille grand-mère et un plat traditionnel rwandais plein de sauce... miam... (igitoki)


Les femmes de ménage de l'hôtel Sinai Suites sont juste géniales ! 




La maison du roi
Dans la ville de Nyanza, on peut visiter l'ancienne maison des rois du Rwanda. C'est une visite ultra enrichissante autant pour les Rwandais que pour les étrangers venus visiter le pays. Le musée est aussi bon dans le fond comme la forme.  C'est un lieu très entretenu avec de beaux jardins. L'intérieur des maisons a été reproduit et on reçoit une explication très passionnante du guide.
En plus de la visite, on a des renseignements très détaillés du passée du pays : la vie avant la colonisation, le mode de vie des Rwandais à l'époque, les rois, les premiers colons....
La fin de la visite est animée par un homme qui chante pour les vaches. C'était l'un des moments les plus beaux de mon séjour.
En règle général, les musées rwandais sont très bien conservés et valent le coup d'oeuil. Le prix est également très accessible, autant pour les Rwandais que pour les étrangers.
Entrée d'une des maisons du roi


L'intérieur de la maison


Ils chantent pour les vaches. Elles avaient un caractère sacré à l'époque


L'intérieur de la maison en dur du roi construite après l'arrivée des colons



L'autre musée incontournable du Rwanda, celui de Butare




L'amour de la terre-mère

Je n'ai jamais été particulièrement patriotique mais je comprends aujourd'hui l'importance de l'amour que l'on porte à son pays. Ce n'est pas malsain au contraire (tant qu'on ne tombe pas dans le nationalisme). Aimer son pays, c'est comprendre les gens avant même de leur parler. C'est avoir envie d'aller vers eux, goûter leur nourriture, danser sur leurs musiques et chants, comprendre leurs modes de vie... J'aime le voyage car il permet de faire tout ça à la fois. Mais quel bonheur de pouvoir le faire quand il s'agit d'un lieu que l'on peut appeler "chez soi".
Aussi dur que soit notre histoire et notre passé, il peut nous en apprendre beaucoup sur la vie et le racisme. Comme un Phoenix, le pays a pu renaître de ses cendres et retrouver de la dignité. La majorité des Rwandais ont moins de 25 ans ce qui fait qu'ils n'ont pas vraiment vécu les événements de 1994. C'est à eux de créer un future au-delà des conflits ethniques crées de toute pièce.

Vue nocturne de Kigali à partir du parc "Juru Park"

Gisenyi


Quelque part sur une route perdue près de Butare


samedi 27 juin 2015

Sur les traces de mes origines - Voyage au pays des 1000 collines PART III

L'Afrique est et reste toujours l'Afrique

Dans ce prochain article, je vais énumérer ce qu'on pourrait appeler les chocs culturels auxquels j'ai pu faire face. Finalement, ils n'ont pas été aussi nombreux que je pensais...
Un joli rond-point à Kigali
La propreté

C'est certainement l'une des choses qui distinguent le Rwanda des autres pays d'Afrique. Vu la situation politique, les Rwandais ont une discipline frappante et obéissent aux ordres. Lorsque le gouvernement a lancé une campagne de communication pour favoriser la propreté dans les rues, les gens ont très bien suivi. Au début de cette opération nettoyage, il lançait des campagnes sur les radios pour pousser les gens à jeter leurs déchets dans les poubelles. Dans les spot, on encourageait les personnes à ne pas jeter par terre la nourriture, les papiers... Mais on a également empêché les gens de cracher par terre par exemple. Et au final, la population a très bien suivi toutes ces nouvelles règles.

La sécurité et la surveillance

Stade Amahoro 

C'est assez choquant au début de voir toutes ces personnes armées dans les rues. Mais on s'habitue assez vite et finalement, je ne l'ai pas si mal vécu. Il faut dire que ça donne une impression de relative sécurité. Personne ne peut vous voler ou vous agresser si facilement. Je n'ai pas non plus vu de phénomènes de corruption dans les rues. Dans les administrations et les grands centres commerciaux, il y a également des détecteurs de métaux. Toutes ces mesures donnent une atmosphère étrange et on a en permanence l'impression que "Big Brother is watching you".

Plein de petits enfants
Des petits enfants trop gentils qui se trouvent être une partie de ma famille éloignée (terme qui n'existe pas chez nous lol) <3
En Afrique, les enfants travaillent. Chez nous, il y a même un terme pour les qualifier de main-d'oeuvre. En plus, les gens font beaucoup d'enfants. Malheureusement, les personnes pauvres également. Il y a pas mal d'enfants qui sont abandonnés ou qui ont perdu leurs parents. Souvent en ville, on les voit travailler dans des conditions qui ne sont certainement pas top. Il y a aussi beaucoup de très jeunes enfants dans les rues qui jouent sans la surveillance des parents. (Le genre de scène qu'on ne verrait jamais en Europe) Au début, ça m'a vraiment beaucoup étonnée. En tout cas, ils sont souvent très gentils et ils font des signes de la main pour dire bonjour. <3

Des conditions de travail difficile

Les quelques travailleurs à qui j'ai parlé m'ont confié qu'ils ne gagnaient pas très bien leur vie. On voit des personnes qui travaillent sur des chantiers sans gants. Ou des personnes qui portent tout et n'importe quoi sur la tête. (matelas, accessoires mécaniques...) C'est clair que les syndicats ne représentent pas grand chose en Afrique.


Au final, il y de très belles choses au Rwanda mais la pauvreté reste un problème central dans le pays. Et tant que ce problème ne sera pas élucidé, le pays gardera l'étiquette de pays "en voie de développement".








jeudi 25 juin 2015

Sur les traces de mes origines - Voyage au pays des mille collines PART II

Premiers jours et premières impressions...
Dès la sortie de l'aéroport, je ressens la chaleur. Il est pourtant 23 heures mais l'air est bien sec avec une petite brise rafraîchissante. Ce que je remarque ensuite, ce sont les palmiers. Ça donne un air de Miami à la ville qui est très sympa. Je vois que toute la ville est bien éclairée. Je ne trouve pas ça surprenant mais il n'empêche que je le constate. (J'essaie de les éviter, mais mes idées reçues sur l'Afrique sont encore bien présentes dans ma tête.) En arrivant à l'hôtel, je sirote un Fanta. Ce qui est un passage obligé quand on arrive en Afrique. Le Fanta est plus rouge, plus sucré, très différent de ce que l'on peut boire en Europe.

Le goût des aliments est différent
Peu importe ce que je mange, tout a plus de goût. Les fruits sont gorgés de soleil. C'est l'occasion de manger des papayes à gogo, des mangues, des maracujas. C'est tellement délicieux. Même le miel, les cacahuètes, la viande, le maïs... Bref, tout. Je reste persuadé que l'une des expériences les plus extrêmes que l'on puisse faire en Afrique, c'est de manger. Tous les sens sont mis à contribution.


Clean country ! 
Je n'ai pas encore beaucoup voyagé sur le continent noir mais je sais qu'il n'est pas réputé pour sa propreté. Ici au Rwanda, c'est tout le contraire. Le pays est vraiment très propre. Même dans les villages les plus reculés, on sent que le gouvernement met un point d'honneur à ce que la propreté soit respectée. Et les Rwandais (peuple assez discipliné qui a l'habitude d'obéir au pouvoir) respectent la nouvelle règle sans difficultés. A noter que c'est le seul pays dans le monde où les sacs plastiques sont interdits.

Une végétation luxuriante 
Dans ce pays, on aime les arbres, les jardins, les fleurs, les plantes. Bref, tout ce qui est vert. Je n'ai jamais vu d'aussi beaux jardins que ceux que l'on peut retrouver au Rwanda. Tous les lieux verts sont très entretenus. Aussi bien que le World Travel Guide a reconnu le pays comme la troisième destination la plus verte du monde après le Costa Rica et l'Equateur.









jeudi 18 juin 2015

Sur les traces de mes origines - Voyage au pays des mille collines

Je suis née au Burundi et j'ai passé quelques années de ma jeune vie en Afrique avant de venir en Belgique à l'âge de 4 ans. Avant de revenir au pays, je n'avais du continent que de vagues souvenirs authentiques et/ou imaginées.
Le Rwanda, le pays de mes ancêtres, je ne le connaissais que grâce à ce que j'avais pu entendre du pays. Heureusement à Bruxelles, là où je vis, il y a une grande communauté rwandaise. Grâce à elle et à mes parents, je comprends la langue, je connais la culture, les coutumes et les valeurs du pays. Contrairement à la majorité des pays africain, le Rwanda était un royaume avec une identité propre avant même la Conférence de Berlin.
Je suis donc revenue, 21 ans après le génocide dans ce pays qu'on pourrait apeller "chez moi".

En venant, je m'attendais bien sûr au soleil mais aussi à retrouver un pays bien structuré. Je n'ai pas été déçue. Je vais partager mon aventure avec vous en 4 parties. Je vais vous livrer chaque étape de mon voyage et chacune de mes découvertes.